La route de Hana

Au nord-est de Maui, il y a une route célèbre entre Paia et Hana, la route d’Hana, sur environ 50 km – il faut 2 heures minimum pour faire le trajet dans un seul sens tellement la route est sinueuse. C’est une route scénique, comme ils l’appellent ici, qui longe la côte en partie et donne des vues spectaculaires de l’océan par moments.

La route est parsemée d’endroits où s’arrêter, du genre cascade nichée au fond de la forêt et où il faut traverser la rivière pour y parvenir…

La route est assez longue, et un des lieux les plus intéressants est le Waianapanapa State Park, avec sa plage de sable noir et ses champs de lave solidifiée.

On trouve aussi le long de la route quelques villages et des fermes : des fruits frais et des fleurs, des poules et des vaches. Chaque ferme a souvent un petit stand sur le bord de la route, y laisse ses fruits et légumes, avec le prix, et il faut mettre l’argent dans la boîte.

Mangues, avocats, bananes, fruits de la passion, goyaves, noix de coco… et une espèce de fruit en forme de poire, avec la peau et la couleur d’une pomme, appelé « pomme des montagne » ici, mais aussi pomme d’amour en Guyane – c’est le fruit du jambosier rouge. Au niveau du goût, c’est entre la poire et la pomme.

On s’est arrêté dans une ferme boire un « smoothie », un jus de fruit frais épais, composé de pommes des montagne, noix de coco, banane, goyave et fruit de la passion, le tout cueilli et découpé et broyé sous nos yeux par le petit monsieur très couleur local. Délicieux d’ailleurs, ce jus frais.

On a discuté, il nous expliqué que les gens militaient pour revenir à des produits frais locaux, et pour que les Hawaiien mangent mieux. Son neveu nous a aussi dit que la langue hawaiienne était à nouveau enseignée dans les écoles et que la culture tente d’être préservée…

Sur d’autres stands, il y avait du café et une spécialité : le banana bread, le gâteau à la banane, aromatisé au besoin !

On se croirait dans une vraie forêt tropicale, d’ailleurs, j’ai été dévorée par les moustiques ! Et j’ai aussi aperçue un drôle d’animal, une mangouste de Java, originaire de l’Inde, espèce introduite au début du 19ème siècle pour contrôler la population de rats dans les plantations de canne à sucre, mais qui s’est révélée terrible pour les populations d’oiseaux locaux, et qui est néfaste pour l’île.

Un commentaire sur « La route de Hana »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s